mercredi 16 avril 2008

Un bowling + une timide

Je suis timide, si, si, vrai de vrai.

Je m'étale (un peu) sur internet, je contacte des gens que je ne connais pas, je m'invite "chez eux", je leur "impose" mes commentaires, et pourtant je me suis toujours considérée comme timide.

J'en ai les symptômes visibles : rougeurs diffuses arrivant tout à fait inopinément et de façon totalement traître, une impossibilité quasi pathologique de téléphoner à une personne inconnue etc etc. Et surtout une capacité sans limites à vivre et revivre les situations les plus embarrassantes m'étant arrivées.

En effet, le timide cogite beaucoup, énormément.
Il pense à tout, il revit tout.
Et à la pensée de ces situations, le timide rougit, seul.
Il est là, il passe le balai ou autres activité lénifiante, son esprit vagabonde librement...et paf le souvenir mortel s'impose à son esprit.
Pourquoi ?, comment ? aucune idée, mais le fait est là. Le timide est comme condamné à vivre et à revivre les bourdes (réelles ou imaginaires) commises autrefois. Et il ne se trouve aucune excuses, le temps n'atténue rien et tout est toujours aussi frais et à vif dans sa mémoire.

Alors non contente d'être timide, je suis aussi maladroite, et les deux ensemble ça vous fait faire des trucs assez invraisemblables.

Le timide n'est jamais très à l'aise en public, même s'il fait comme si de rien n'était. Il affiche un semblant d'air nonchalant, mais en fait, il ne sait pas vraiment quoi faire ni comment le faire.
Du coup il n'est jamais très en phase avec ces gestes, voir carrément à coté de la plaque, et si vous rajoutez à cela une bonne dose de maladresse alors là c'est le jackpot.

Je vous restitue la scène : un bowling (normal, tout à fait normal), des amis à priori bien sous tous rapports, mon homme et moi. Ah oui j'oubliais, moi enceinte de 8 mois et une semaine, juste un petit détail technique.
Alors je m'élance vers la piste (ben oui je suis venue pour jouer, pas pour regarder les autres). Et c'est là que se conjuguent timidité et maladresse. Le timide dans un lieu public n'est pas du tout à l'aise, persuadé qu'il est que toute la salle l'observe (alors qu'ils n'en ont rien à cirer). Il est donc un peu gauche, pas du tout habile et surtout très pressé de retourner à sa place.

Et là, faute !!! mon pied dérape sur la piste bien huilée, magnifique demi-tour et réception sur les fesses et l'avant-bras.
En face, ils sont tous hilares (les traites = mes amis et mon homme). Il leur faudra plusieurs longues secondes avant d'étouffer leurs rires et récupérer la baleine agonisante échouée sur une piste de bowling. Pathétique, mais peut-être drôle vu de l'extérieur.

Résultat des courses, rien du tout pour le bout de chou heureusement, un coude cassé pour moi, un accouchement le bras dans le plâtre, une opération un mois après, une rotule artificielle, un bras malgré tout bloqué et une nouvelle opération à prévoir.
Et tout ça à cause d'une boule de bowling (oui bon je sais elle n'y est pour rien, mais il me faut un responsable).

En conclusion, si vous êtes timide et maladroite : évitez les bowling (le pire c'est que j'aime bien ça mais sans plus)

8 commentaires:

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Madame Maladroite surtout non ? ou Madame Malchance.
Et ton chéri rigolait ?
C'est ce soir là que tu l'as quitté hein !
Une femme enceinte de 8 mois qui tombe, ça ne me fera jamais rire...

Cleanettte a dit…

ben effectivement tu ne t'étais pas loupé! mais de la à accuser ta timidité!
quand on est pas physique on est pas physique, si en plus tu cumul les ligaments distendues de fin de grossesse, l'encombrement et le déséquilibre du au gros ventre Les conditions sont loins d'être propices aux exploits sportifs.
Par contre c'est vrai que c'est sans doute ta mauvaise estime de toi qui font que tu ressasses encore ce malencontreux incident.
Mauvaise estime, terreaux de ta timidité.

MissBroWnie a dit…

J'ai connu ça mais en vieillissant ça s'arrange, je suis moins timide. Plus de rougeurs. OUF!

christèle a dit…

@ lolo : je peux t'assurer que par la suite, il ne rigolait plus du tout.
Par contre j'ai quand même eu une furieuse envie de lui faire manger ma boule de bowling.

@ cleanettte : c'est vrai que j'abuse sur ma timidité. Ce jour là, c'est surtout ma maladresse et mes deux pieds gauches qui étaient en cause.
ps : je suis la championne olympique de la mauvaise estime (j'ai beau le savoir, ça n'y change pas grand chose :))

@ missbrownie : tous les espoirs sont donc permis ;)

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Aaahhh, les nanas et le manque de confiance en soi, je pourrais faire un bouquin là-dessus.
Je pense que ton chéri t'as aidé à faire des progrès dans ce domaine quand même ?

christèle a dit…

@ lolo : hum, disons que dans un certain domaine il a largement amélioré ma confiance en moi :)

Mais dans le domaine du travail, c'est peanuts.

Melly a dit…

Accoucher avec un bras dans le
plâtre !
oops, j'appelle illico ma fille Maeva , pile poil 8 mois de grossesse, que je lui "interdise" le bowling !!!!

le coude en plus, pas facile comme opération, comme les poignets !

t'étais maboule pour aller jouer aux boules enceinte jusqu'au cou (pas encore les yeux !!)

bises

christèle a dit…

T'as raison faudrait un pictogramme, "interdit aux femmes enceintes", à l'entrée des boolings.
Autrement pour l'accouchement, je fais partie de celles qui ont la chance d'accoucher vite, donc pas de péridurale, alors le bras dans le plâtre, franchement, un détail :)